Comment les terroristes ont communiqué pendant la prise d’otage #kenya #westgate

Les shebabs communiquaient en temps réel pendant toute la durée de l’attentat.

Le groupe déjà tristement connu pour avoir twitté les photos des corps des commandos Français lors de l’opération de sauvetage l’an dernier en somalie n’a pas manqué l’occasion de diffuser ses messages de propagande.

Lançant des appels à dieux et donnant des indications vraies ou fausses sur la situation à l’intérieur du mall Westgate. Ils auraient aussi justifié leur intervention comme des représailles aux interventions de l’état kenyan dans le sud somalien.

shabaab2_2679707b - Copie

 

shabaab2_2679707b

 

 

 

 

 

 

Les différents comptes @hsm_press @hsm_pressoffice ont été suspendu directement par Twitter, de plus en plus conscient de la Social War se jouant sur sa plateforme.

Les groupuscules terroristes du monde entier ont désormais intégré les réseaux sociaux dans leurs guérillas, mettant en difficulté les états pris de cours sur la toile, sans réponse adapté à ses messages de propagande adressé directement aux citoyens.

L’armée Kenyane a toutefois communiqué par l’intermédiaire du compte de l’armée qui a insisté sur le caractère lache de l’attaque et voulu rassurer sur la sécurité du territoire.

La croix rouge kenyane a tres vite réagi, déjà tres présente sur les réseaux sociaux, elle a activé ses réseaux et lancer des appels à la mobilisation pour une collecte de fonds et des dons de sang.

DigitaleBox

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Facebook, l’expérience Iranienne #compol #rouhani

Depuis la contestation de 2009, l’Iran a totalement bloqué les réseaux sociaux.

Élu sur une promesse d’assouplissement et d’ouverture du régime, Hassan Rouhani a déjà créé sa page Facebook et totalise 75 000 likes. Initiative surprenante alors que le réseau est toujours bloqué dans l’ensemble du pays, seul une connexion à travers les VPN (illégal en Iran) permet d’accéder aux réseaux sociaux.

Que se passe-t-il à Téhéran? Les réseaux sociaux sont clairement un sujet de réflexion pour le gouvernement, faut-il en interdire l’accès? Faut-il occuper le terrain comme le gouvernement turc qui a recruté 6000 blogueurs militants pour contrôler la discussion?

Lundi dernier, sans annonce officiel, le gouvernement a ouvert Facebook et Twitter. Cette ouverture à l’air de test grandeur nature a duré 24 heures, mardi les accès étaient à nouveau bloqués. Le gouvernement aurait voulu mesurer la réaction des citoyens à l’ouverture des réseaux sociaux…

Le gouvernement n’a semble-t-il pas encore tranché et semble hésiter, faut-il bloquer ces réseaux qui relaient trop bien les messages de l’opposition et permet aux femmes de se présenter tête nue sur leurs comptes personnels?
Ou bien faut-il les ouvrir et contrôler le flow de conversations comme le gouvernement turc? Les activistes ayant de toute façon déjà contourné le blocage du gouvernement à travers les VPN et autres proxies.

DigitaleBox

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Times of India et Facebook collaborent pour inciter les jeunes à voter #techpol #compol #techquipeut

Times of India et Facebook collabore pour inciter les jeunes à voter #techpol #compol #techquipeut

Les utilisateurs Indiens ont maintenant la possibilité de rajouter sur leur profil l’option « Register to vote ». Cette initiative du Times of India vise à inciter les 17 millions de nouveaux électeurs potentiels à s’inscrire sur les listes électorales puis à voter.

Le Times of India espere un renouveau de la vie politique à travers cette initiative, voici leur message :

The youth in particular, we believe, can play a big role in cleansing our polity, ridding it of the cynicism that has taken such deep roots and truly empowering the aam admi [“common man”]. It is as a result of this conviction that we have in the past launched campaigns like Lead India and I Lead India. Today, it is in the same spirit that we join hands with Facebook India to start a campaign to appeal to people to register to vote and ultimately to vote too.

Le Times of India mise sur la pression sociale que génère de tels outils pour enroler un maximum d’electeurs potentiels (voir étude http://mashable.com/2012/09/14/facebook-boosts-voter-turnout/ ) et sur les succès récents constatés aux Etats Unis (voir article http://ucsdnews.ucsd.edu/pressreleases/facebook_fuels_the_friend_vote )

DigitaleBox

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

La ville de San Francisco va tester le Participatory Budgeting #crowdsourcing #techpol

La ville de San Francisco va tester le Participatory Budgeting, le principe est le suivant, décider de l’affectation de 100 000 dollars par district par les citoyens à travers le crowdfunding.

L’innovation au service de la démocratie, cet arbitrage par le peuple avait fait son apparition dans les années 80 au Brésil, voici donc la version 2013 utilisant pleinement les possibilités du crowdsourcing.

DigitaleBox

20130912-225759.jpg

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Qui sera la premiere à se faire applaudir sur Thunderclap? #anne_hidalgo @nkm_paris #municipales2014

Les réseaux sociaux permettent à tout le monde de s’exprimer mais tout le monde n’est pas écouté. Thunderclap a résolu le probleme en créant la premiere crowdspeaking platform permettant à foule d’exprimer le meme message au meme moment, un simple message repris par la foule.

Jack Hidery, le tech-entrepreneur candidat à la Mairie de New York City n’a pas tardé à intégrer l’outil dans sa stratégie de communication https://www.thunderclap.it/projects/3396-back-jack-to-savenyc?locale=en

Qui sera le premier candidat en France à lancer sa campagne sur Thunderclap? Sans aucun doute les équipes respectives des deux candidates parisiennes Hidalgo et Nkm rivalisant d’ingéniosité ne tarderont pas à s’approprier l’outil.

Bon tonnerre d’applaudissement à tous !

DigitaleBox

20130904-203123.jpg

facebooktwittergoogle_pluslinkedin